top of page

10 livres en français pour pratiquer (partie 2)

Si vous me suivez depuis quelque temps, vous devez savoir que j'aime lire ! J'achète beaucoup de livres et je reçois régulièrement de nombreux messages de personnes qui souhaitent lire en français et qui cherchent des recommandations de livres pas trop difficiles et intéressants. J'ai déjà fait un premier article à ce sujet, retrouvez 10 autres idées de livres en français moderne :




Les impatientes (Djaïli Amadou Amal)

1. Les impatientes (Djaïli Amadou Amal)


Publié en 2020, ce roman a reçu le prix Goncourt des Lycéens la même année. L'auteure s'est inspirée de sa propre vie au Cameroun : mariage précoce, violences sexuelles, polygamie... Le livre suit l'histoire de trois femmes africaines à qui on explique depuis l'enfance qu'il faut être patiente pour supporter leur vie d'épouse. Un récit poignant qui, personnellement, m'a fait réaliser le privilège que j'ai d'être née en Europe.


Niveau : À partir du niveau B1


Quatrième de couverture : Trois femmes, trois histoires, trois destins liés. Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin. Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impensable d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel.» Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?


"Il est difficile le chemin de la vie des femmes, ma fille. Ils sont brefs, les moments d'insouciance. Nous n'avons pas de jeunesse. Nous ne connaissons que très peu de joies. Nous ne trouvons le bonheur que là où nous le cultivons. A toi de trouver une solution pour rendre ta vie supportable. Mieux encore, pour rendre ta vie acceptable. c'est ce que j'ai fait, moi, durant toutes ces années. J'ai piétiné mes rêves pour mieux embrasser mes devoirs".





Le pays des autres (Leïla Slimani)

2. Le pays des autres (Leïla Slimani)


Un autre de mes livres en français préférés (oui, la liste est longue ! 😄). Leïla Slimani est une écrivaine franco-marocaine. Elle a publié "Le Pays des Autres" en 2020, un plongeon dans le Maroc des années 50, encore colonisé par la France. Il peut être idéal pour commencer la lecture en français car il est assez court.


Niveau : À partir du niveau B1/B2


Quatrième de couverture : En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s'applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses ingrates et commence alors une période très dure pour la famille.


"«Raconte moi la guerre.» Elle eut, en disant ça, une voix d'adulte, une voix assurée plus grave que d'habitude. Amine en fut surpris.

Les yeux fixés sur la route, il dit : "est-ce que tu as déjà remarqué cette cicatrice ?"

Il posa son doigt derrière son oreille droite et il le fit lentement descendre vers son épaule. Il faisait trop noir pour distinguer le relief brun de la cicatrice mais Aïcha connaissait par cœur le drôle de dessin sur la peau de son père. Elle hocha la tête, folle d'excitation à l'idée que soit enfin résolu ce mystère."





Rien ne s'oppose à la nuit (Delphine de Vigan)

3. Rien ne s'oppose à la nuit (Delphine de Vigan)


Delphine de Vigan est une écrivaine française à succès. Rien ne s'oppose à la nuit est son septième roman, publié en 2011. C'est un récit sur sa mère, Lucile, qu'elle a écrit après son suicide. Elle nous livre les secrets de sa mère, sa bipolarité et les drames familiaux qu'elle a traversés.


Niveau : À partir du niveau B1/B2


Quatrième de couverture : Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.


"Un jour Lucile partirait, elle quitterait le bruit, l'agitation, le mouvement. Ce jour-là, elle serait une et une seule, distincte des autres, ne ferait plus partie d'un ensemble. Elle se demandait souvent à quoi ressemblerait le monde, ce jour-là, s'il serait plus violent, ou au contraire, plus clément."





La délicatesse (David Foenkinos)

4. La délicatesse (David Foenkinos)


Un roman simple et court (224 pages) idéal pour débuter la lecture en français. Le livre a eu beaucoup de succès à sa sortie en 2009 et il a même été adapté au cinéma (voir la bande-annonce).


Niveau : À partir du niveau A2


Quatrième de couverture : Nathalie et François sont heureux, ils s'aiment et semblent avoir la vie devant eux... Mais, un jour, la belle mécanique s'enraye. François décède brutalement. Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs vont se heurter. Sauf un : Markus, un collègue terne et maladroit, sans séduction apparente. Sur un malentendu, il obtient de la belle un baiser volé. Pour cet outsider de l'amour, c'est un signe du destin : il se lance à sa conquête... tout en délicatesse.


"Il pensa : si elle commande un déca, je me lève, et je m'en vais. On n'avait pas le droit de boire un déca à ce genre de rendez-vous. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. À peine rencontrés et déjà s'installe une sorte de cocon un peu mou. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Oui, le thé est incontestablement une ambiance de belle-famille. Alors quoi ? De l'alcool ? Non, ce n'est pas bien à cette heure-ci. On pourrait avoir peur d'une femme qui se met à boire comme ça, d'un coup. Même un verre de vin rouge ne passerait pas. François continuait d'attendre qu'elle choisisse ce qu'elle allait boire, et il poursuivait ainsi son analyse liquide de la première impression féminine. Que restait-il maintenant ? Le Coca-cola, ou tout autre type de soda...non, pas possible, cela ne faisait pas du tout femme. Autant demander une paille aussi, tant qu'elle y était. Finalement, il se dit qu'un jus, ça serait bien. Oui un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Non, le mieux, c'est de choisir un entre-deux, comme l'abricot. Voilà, c'est ça."





L'art de perdre (Alice Zeniter)

5. L'art de perdre (Alice Zeniter)


Ce roman, publié en 2017, nécessite quelques connaissances en histoire pour être bien compris. Il accompagne un personnage dont la famille est originaire d'Algérie, a connu la guerre, la colonisation et les difficultés de l'intégration en France. Le contenu peut être un peu complexe si vous ne connaissez pas le contexte mais la langue utilisée est plutôt accessible.


Niveau : À partir de A2/B1


Quatrième de couverture : L'Algérie dont est originaire sa famille n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?


Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l'été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?


"Ce qu'on ne transmet pas, ça se perd, c'est tout. Tu viens d'ici mais ce n'est pas chez toi."





 Au revoir là-haut (Pierre Lemaitre)

6. Au revoir là-haut (Pierre Lemaitre)


J'ai lu ce livre récemment et je l'ai adoré ! Il fait partie d'une trilogie, donc si vous aimez ce roman, il y en a encore deux qui suivent. Dans ce récit, on accompagne deux rescapés de la Première Guerre Mondiale qui monte une arnaque de grande ampleur pour essayer de sortir de la misère. Paru en 2013, roman a reçu le Prix Goncourt la même année et a également été adapté au cinéma (bande-annonce).


Niveau : À partir du niveau B2 (le roman est long : 624 pages)


Quatrième de couverture : Rescapés du premier conflit mondial, détruits par une guerre vaine et barbare, Albert et Édouard comprennent rapidement que le pays ne pourra rien faire pour eux. Car la France, qui glorifie ses morts, est impuissante à aider les survivants.

Abandonnés, condamnés à l'exclusion, les deux amis refusent pourtant de céder à l'amertume ou au découragement. Défiant la société, l'État et la morale patriotique, ils imaginent une arnaque d'envergure nationale, d'une audace inouïe et d'un cynisme absolu.


"Albert, seul, pleura. Il y aurait à écrire une histoire des larmes dans la vie d'Albert. Celles-ci, désespérées, naviguaient de la tristesse à la terreur selon qu'il considérait sa vie ou son avenir. Alternèrent sueurs froides, coups de cafard, palpitations, idées noires, sensations d'étouffement et vertiges ; jamais plus, se disait-il, il ne pourrait sortir de cet appartement, mais jamais il ne pourrait y rester non plus. Les larmes redoublèrent. Fuir. Le mot tonna soudain dans son esprit. Fuir. À cause de la nuit, l'idée prit peu à peu un volume démesuré, écrasant toutes les autres perspectives. Il n'imaginait plus l'avenir ici, pas seulement dans cette pièce, mais aussi dans cette ville, dans ce pays."





Le confident (Hélène Grémillon)

7. Le confident (Hélène Grémillon)


Ce roman est un mélange de récit historique et d'enquête. Il n'y a pas de meurtre mais une personne tente de retrouver ses origines à travers des documents du passé. L'écrivaine a su créer un certain suspense et on a du mal à lâcher le livre, on veut savoir la fin !


Niveau : À partir du niveau A2/B1


Quatrième de couverture : Camille vient de perdre sa mère. Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d'abord à une erreur mais les lettres continuent d'arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu'elle n'est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme.


"Ce ne sont pas les autres qui nous infligent les pires déceptions, mais le choc entre la réalité et les emballements de notre imagination."





Le livre des Baltimore (Joël Dicker)

8. Le livre des Baltimore (Joël Dicker)


Joël Dicker est un écrivain à succès suisse. C'est une des "stars" du genre policier d'aujourd'hui. J'ai lu tous ces romans mais Le livre des Baltimore est un de mes préférés. Comme tous les romans de Dicker, il est assez long (environ 600 pages) mais il se lit bien car on a envie de savoir la fin. Le suspense est assez intense alors que ce n'est même pas une histoire policière. C'est plutôt une histoire familiale : le personnage principal se plonge dans le passé pour nous raconter l'histoire de sa famille.


Niveau : À partir du niveau B1/B2


Quatrième de couverture : Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012 il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman.


"On a qu’une vie, Alexandra ! Une seule petite vie de rien du tout ! N’as-tu pas envie de l’employer à réaliser tes rêves au lieu de moisir dans cette université stupide ? Rêve, et rêve en grand ! Seuls survivent les rêves les plus grands. Les autres sont effacés par la pluie et balayés par le vent."





Veiller sur elle (Jean-Baptiste Andrea)

9. Veiller sur elle (Jean-Baptiste Andrea)


J'ai lu Des diables et des saints (du même auteur) il y a quelques années et j'avais déjà beaucoup aimé ce roman que je vous recommande également ! Mais j'ai choisi de vous parler d'un autre de ses romans : Veiller sur elle. Paru en 2023, il a reçu le Prix Goncourt quelques mois après sa publication.


Niveau : B2/C1



Quatrième de couverture : Au grand jeu du destin, Mimo a tiré les mauvaises cartes. Né pauvre, il est confié en apprentissage à un sculpteur de pierre sans envergure. Mais il a du génie entre les mains. Toutes les fées ou presque se sont penchées sur Viola Orsini. Héritière d'une famille prestigieuse, elle a passé son enfance à l'ombre d'un palais génois. Mais elle a trop d'ambition pour se résigner à la place qu'on lui assigne. Ces deux-là n'auraient jamais dû se rencontrer. Au premier regard, ils se reconnaissent et se jurent de ne jamais se quitter. Viola et Mimo ne peuvent ni vivre ensemble, ni rester longtemps loin de l'autre. Liés par une attraction indéfectible, ils traversent des années de fureur quand l'Italie bascule dans le fascisme. Mimo prend sa revanche sur le sort, mais à quoi bon la gloire s'il doit perdre Viola ? Un roman plein de fougue et d'éclats, habité par la grâce et la beauté.



"Je n’ai jamais retrouvé la douceur des printemps de Pietra d’Alba, quand l’aube durait tout le jour. Les pierres du village en agrippaient le rose et le passaient à tout ce qui pouvait le refléter, carreaux, métaux, inclusions de mica dans les affleurements rocheux, source miraculeuse, jusqu’aux yeux des habitants. Le rose ne s’éteignait que quand le dernier homme s’endormait, car même à la nuit tombée il survivait dans le regard qu’un garçon posait parfois sur une fille, sous la lumière des lampions. Le lendemain tout recommençait. Pietra d’Alba, pierre d’aube."





Mon cœur serré comme une sardine (Karen Merran)

10. Mon cœur serré comme une sardine (Karen Merran)


Un livre publié en 2021, un peu moins médiatisé que les précédents mais très joli également.


Niveau : À partir de A2/B1


Quatrième de couverture : Jacob a huit ans et vit à Safi, une petite ville côtière du Maroc qui sent bon les épices et la sardine. Son meilleur ami, Brahim, est musulman. Ensemble, ils partagent tout et jouent aux osselets. Ils sont juifs et musulmans, mais se vivent d’abord comme des Marocains. Pourtant, à la veille de la guerre des Six Jours, les relations entre Israël et les pays arabes se tendent. Le climat entre les communautés juive et musulmane se dégrade aussi à Safi. L’amitié de Brahim et Jacob résistera-t-elle ? Avec beaucoup de candeur et de poésie, Jacob nous livre une interprétation du monde qui emprunte à l’enfance sa force et sa justesse.

"-Et toi, Jacob ? Que veux-tu faire quand tu seras grand ?

-Musulman, je réponds en mettant un morceau de poulet au citron à la peau croustillante dans ma bouche.

Je n'ai pas le temps d'esquiver la main de mon père qui claque sur ma joue avec l'intention de me faire recracher ce que je viens de dire.

-Wouliwouliwouli ! s'écrie ma mère. Man hdars ! Que Dieu préserve !

Mauvaise réponse ! Ma mère et mes soeurs me regardent comme si j'étais devenu fou. J'ai huit ans presque et demi et, même si ça a l'air clair pour tout le monde, personne n'a pris le temps de m'expliquer qu'on ne dit pas qu'on veut devenir musulman, ni à table ni jamais. Pire, on n'a même pas le droit d'y penser. Quand on naît dans une famille juive, on peut devenir grand, gros, fort, riche, pauvre, chauve, boulanger, coiffeur, épicier, garagiste, mais pas musulman. C'est comme ça. C'est impossible."



J'espère que vous trouverez des idées de livres en français pour pratiquer ! Est-ce que vous avez d'autres suggestions ?

131 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page